Retours sur notre enquête sur la précarité dans l’ESR

Les auteurs du rapport sur l’Enquête sur les conditions d’emploi des personnels non permanents de l’Enseignement Supérieur et la Recherche PRÉSENTENT LES RESULTATS & DÉFENDENT LEURS RECOMMANDATIONS:

-Vendredi 13 octobre 2017: Présentation des résultats et recommandations de l’enquête par François Bonnarel et Pierre Micheau pour Sciences en Marche lors des journées de l’Appel des appels: « L’avenir est-il promis à de nouvelles prolétarisations ? Colère et alternatives des professionnels précaires et en voie de précarisation.

Lieu : Théatre Le République, 23 Place de la République, 75003 Paris.

                 Pour s’inscrire, envoyer un mail à contact@appeldesappels.org

                 Le programme complet des journées :

http://www.appeldesappels.org/l-appel-des-appels-remettre-l-humain-au-crur-de-la-societe/prochaines-journees-de-l-ada-lravenir-est-il-promis-a-de-nouvelles-proletarisations-r-colere-et-alternatives-des-professionnels-precaires-et-en-voie-de-precarisation–1831.htm

-Mercredi 4 octobre 2017: Présentation de l’enquête par Patrick Lemaire lors de la 27ième session de l’Assemblée des français de l’étranger devant la commission « Commerce extérieur, Développement Durable, Emploi & Formation professionnelle »

-Mercredi 4 octobre 2017: Entrevue de Patrick Lemaire, président de Sciences en Marche avec le président de la Conférence des Présidents d’université, Gilles Roussel.

-Mardi 3 octobre 2017: Discussion de François Bonnarel pour Sciences en Marche avec l’intersyndicale de l’Enseignement supérieur et la Recherche afin de converger sur des actions concrètes.

-Mardi 29 août 2017 : Entrevue de Olivier Berné pour Sciences en Marche avec Thierry Coulhon, conseiller de Macron à l’élysée sur les question ESR : celui-ci s’est dit prêt à soutenir l’organisation d’une conférence pour résoudre les problèmes de précarité dans l’ESR mais ce pas avant 2018. Cependant sa vision est qu’il faudrait encore plus de flexibilité, oups !

-Vendredi 7 juillet 2017 lors de la réunion plénière de la C3N du comité national, interpellation de Anne Peyroche, adjointe de Alain Fuchs à la science par François Bonnarel pour Sciences en Marche. Celle-ci indique que le collège de direction du CNRS a parlé du rapport de Sciences en Marche et devrait débattre prochainement de la proposition d’une conférence pour résoudre les problèmes de précarité dans l’ESR ainsi que des autres propositions, en particulier la demande d’une programmation pluri-annuelle des emplois. A suivre…

ECHOS de l’enquête dans la PRESSE:

-Science Careers 7 aout 2017: http://www.sciencemag.org/careers/2017/08/toll-short-term-contracts

-Le Monde Science 13 juillet 2017: http://www.lemonde.fr/sciences/article/2017/07/13/une-photographie-de-la-precarite-dans-les-laboratoires_5159873_1650684.html

-« No future ?  »  https://academia.hypotheses.org/3348

- http://huet.blog.lemonde.fr/2017/06/29/leffort-de-recherche-francais-stagne/

- http://blog.educpros.fr/doctrix/2017/06/27/sciences-en-marche-recommande-de-faciliter-lacces-des-docteurs-a-des-carrieres-attractives/

- http://blog.educpros.fr/doctrix/files/2017/06/270617-bilan-enquete-SeM-Emploi-non-permanent.pdf

– AEF L’ANR a une part « minoritaire » dans les contrats temporaires de l’ESR (enquête de Sciences en marche)
Par René-Luc Bénichou – Le vendredi 30 juin 2017 – dépêche n°564779
Sciences en marche publie les résultats d’une enquête sur « les conditions d’emploi des personnels non permanents de l’enseignement supérieur et de la recherche », mardi 27 juin 2017, dont la principale conclusion retenue par le collectif est qu’elle reflète « la détresse d’une génération qui se sent sacrifiée ». « L’éclatement des sources de financements » des contrats temporaires et « la part minoritaire de l’ ANR  » dans ces contrats sont deux enseignements que livre l’enquête, à laquelle ont répondu « plus de 5 000 personnes ». Le rôle de l’ANR « est donc plus faible que nous ne nous y attendions », constate ainsi Sciences en marche. Par ailleurs, les réponses soulignent que telle qu’elle est mise en œuvre dans l’ ESR , l’application de la loi Sauvadet est « néfaste ou gênante ».
Lire la suite

- http://www.letudiant.fr/educpros/actualite/esr-des-personnels-non-permanents-en-grande-detresse.html

Résultats de l’enquête Sciences en Marche sur les conditions d’emploi des personnels non permanents de l’Enseignement Supérieur et la Recherche

270617 bilan enquete SeM Emploi non permanentSciences en Marche a conduit une enquête en ligne à l’automne 2015 auprès des personnels contractuels et vacataires de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (ESR). Plus de 5500 personnes, majoritairement des docteurs, doctorants et diplômés de master, en CDD ou vacataires dans les laboratoires et universités publics, ont témoigné sur leur situation professionnelle et son impact sur leur vie privée.

Au moment où le Président de la République invite les chercheurs étrangers à s’installer dans notre pays en mettant en avant « a welcoming environment to help them fulfill their goals and reach great scientific achievements« , les résultats de cette enquête suggèrent que la dégradation de l’emploi scientifique public conduit actuellement à une démotivation des plus jeunes – et normalement plus dynamiques – acteurs de ce secteur vital pour notre pays. Les commentaires révèlent la détresse d’une génération qui se sent sacrifiée.

Si l’Etat est le premier responsable de la crise actuelle de l’emploi scientifique, le secteur de la R&D privée, trop éloigné du monde académique et rechignant à investir en dépit du très généreux Crédit d’Impôt Recherche dont il bénéficie, partage cette responsabilité.

Nous espérons que le nouveau chef de l’état, qui semble sensible à l’importance géopolitique et économique de la recherche scientifique et de l’enseignement supérieur, aura à coeur de mettre en place une politique qui redonnera à la recherche scientifique et à l’enseignement supérieur son attractivité auprès des jeunes.

Ce document formule des propositions pour résorber à brève échéance les situations professionnelles les plus critiques, et pour augmenter et diversifier à plus long terme les débouchés publics et privés des non permanents de l’ESR, afin de faire pleinement bénéficier la société de leur expérience, et de ne pas reproduire la situation actuelle.

Ces recommandations ont pour ambition d’amorcer une réflexion plus large sur le rôle et la place des scientifiques et des laboratoires publics dans la société. Nous appelons le Ministère de la Recherche, de l’Enseignement Supérieur et de l’Innovation à organiser une large conférence nationale sur l’emploi scientifique afin de repenser l’ensemble de la structure et des flux de l’emploi scientifique au sein de l’ESR, et avec les autres administrations de l’état et le secteur de la R&D privée.

Du succès de cette conférence et de la mise en oeuvre de ses conclusions, plus que d’effets d’annonces médiatiques, dépendra l’attractivité nationale et internationale des laboratoires et universités françaises.

 

Télécharger le rapport de Sciences en Marche : Enquête sur les conditions d’emploi des personnels non permanents de l’Enseignement Supérieur et la Recherche – Questionnaire en ligne conduit entre les 6 octobre et 31 Décembre 2015

Marche pour les Sciences

Sciences en Marche soutient la Marche pour les Sciences qui aura lieu le samedi 22 Mars dans le monde et de nombreuses villes de France. Retrouver toutes les infos sur http://marchepourlessciences.fr/

MARCHONS POUR LES SCIENCES!

Initiee au niveau mondial en reponse aux multiples positions anti-sciences du nouveau president des Etats-Unis, la Marche pour les Sciences (March for Science) aura lieu le 22 avril 2017, Jour International de la Terre (ONU), et mobilisera pres de 400 défiles dans plus de 20 pays.

En France, les enjeux scientifiques, dont ceux lies au changement climatique, sont largement absents des debats de la campagne présidentielle. En revanche, les discours politiques construits sur des affirmations ideologiques rencontrent un succes inedit. Ceux qui, à l’inverse, se fondent sur des resultats construits par la collecte d’informations et leur analyse rationnelle – scientifiques, magistrats ou journalistes –sont devenus une cible.

LE 22 AVRIL, MARCHEZ AVEC NOUS POUR :

  • Defendre la méthode scientifique face aux opinions et ideologies préconcues
  • Montrer le soutien citoyen à l’indépendance des recherches publiques
  • Renforcer le dialogue entre sciences et société et definir ensemble la place des sciences dans la societé
  • Promouvoir la culture scientifique et les sciences participatives
  • Convaincre les politiques de mieux prendre en compte les résultats scientifiques dans leurs décisions

 

flyer_mps_france-2

MM. Valls et Hollande, cessez de sacrifier le futur de notre pays sur l’autel du court terme.

Monsieur le Président, Monsieur le Premier Ministre,

L’été dernier, M. Thierry Mandon, tout juste nommé secrétaire d’Etat à l’Enseignement Supérieur et à la Recherche (ESR), déclarait que « les questions budgétaires étaient absolument centrales » pour l’ESR et mettait en garde: « quand on vote un budget correct, il faut appliquer le budget qui a été voté » (1), ne serait-ce que par respect pour le parlement.

Alors que la France est à la traine des pays de tête de l’Union Européenne dans le secteur de la recherche tant publique que privée (2), le projet de correctif budgétaire pour faire face à des « dépenses urgentes » rendu public la semaine dernière propose l’annulation de 256 M€ de crédits de l’ESR. Le budget de l’ESR représentant 6% du budget général de l’état, lui